Main Article Content

Abstract

Nous comparons dans ce travail l’enseignement francophone et l’enseignement anglophone au Cameroun. Les deux sous-systèmes éducatifs qui coexistent au Cameroun ne fonctionnent pas de la même façon. Chaque sous-système est calqué sur le système éducatif du pays colonisateur. Avant la colonisation, seule l’éducation traditionnelle permettait aux jeunes de se former. La période coloniale est celle de l’école entre les quatre murs avec un maître devant les élèves. Aujourd’hui, lesystème éducatif est pléthorique. Les effectifs augmentent sans cesse. Les taux de redoublements et d’abandons sont trèsélevés. Ceux sous-systèmes éducatifsissus de la colonisation fonctionnent de manière indépendante. L’un est francophone et l’autre est anglophone. Un grand nombre de parents d’élèves francophones choisissent de scolariser leurs enfants dansles structures scolaires anglophones.


Ils estiment que l’enseignement anglophone est plus efficace que l’enseignement francophone. L’analyse comparée des deux sous-systèmes d’enseignement montre que les écoles anglophones sont associées à une meilleure progression des élèves que les écoles francophones. Un élève scolarisé dans le sous-système anglophone obtient en moyenne de meilleursrésultats que son camarade qui fréquente le sous-système francophone. L’analyse de la réussite des élèves auxexamens officiels montre que le taux de réussite des élèves provenant des institutions anglophones est supérieur à ceux des élèves francophones. Leschances d’obtenir le CEP sont moins élevées chez les élèves d’écoles francophones que les chances d’obtenir le FSLC chez les anglophones. Les variables de l’environnement scolaire sont aussi causes de la variabilité desrésultats des élèves dans chaque sous-système d’enseignement.


 


In this work, we compare French and English education systems in Cameroon. These two educational subsystems coexisting in Cameroon do not function in the same way. Each subsystem is modeled on the educational system of the former colonial systems. Before colonization, only traditional education allowed young people to be trained. The colonial period was characterized by the teacher-centered approach, where the teacher was seen as the master. Today, the school enrollment has increased significantly. The number of students are increasing constantly. Failure and dropout rates are very high.


 The two educational subsystems stemming from colonization work independently. One is French-speaking and the other is English-speaking. A large number of parents of French-speaking students choose to send their children to school in English schools. They believe that English-language education is more effective than French-language education. Comparative analysis of the two teaching subsystems shows that English schools are associated with better student progression than French schools. A student enrolled in the English-language subsystem gets on average better results than his counterpart who attends school in the French sub-system. The analysis of students' success in official exams shows that the success rate of students from Anglophone institutions is higher than that of Francophone students. The chances of obtaining the Certifcatd’EtudesPrimsaires (CEP) are lower among students in French schools than the chances of obtaining First School Leaving Certificate (FSLC) among Anglophones. School environment variables are also responsible for the variability of student achievement in each educational subsystem.

Keywords

Acquisition Enseignement francophone Enseignement anglophone Efficacité Ecole primaire niveau d’étude Progression Réussite

Article Details

How to Cite
Fotseu Tchapchoua Georgette. (2019). Efficacité Comparée de l’enseignement francophone et anglophone au Cameroun. Syllabus, 8(3). Retrieved from http://www.ens.cm/syllabus/index.php/SYLABUS/article/view/47

References

  1. Bourdieu, P. et Passeron, J-C. (1964). Les Héritiers. Les étudiants et la culture. Paris : Minuit.
  2. Bourdieu, P. et Passeron, J-C. (1970). La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement. Paris : Minuit.
  3. Bourdieu, P. (1987). Choses dites. Paris : Éditions de Minuit. Bourdieu, P. (1994). Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action. Paris : Seuil.
  4. Bressoux P. (1995). « Les effets du contexte scolaire sur les acquisitions des élèves : effet-école et effets-classes en lecture ». Revue française de sociologie, vol. 36, n° 2, p. 273-294.
  5. Cousin O. (1998). L’efficacité des collèges. Paris : PUF.
  6. Cousin O. (2000). « Politiques et effets-établissements dans l’enseignement secondaire ». In A. van.
  7. Demailly L. (2000). « Management et évaluation des établissements ». In A. van Zanten (dir.), L’école : l’état des savoirs. Paris : Éd. La Découverte, p. 130-138.
  8. Dubet F. ; Cousin O. &Guillemet J.-P. (1989). « Mobilisation des établissements et performances scolaires : le cas des collèges ». Revue française de sociologie, vol. 30, n° 2, p. 235-256.
  9. Felouzis G. (1997). L’efficacité des enseignants. Paris : PUF.
  10. Felouzis G. ; Liot F. &Perroton J. (2005). Les effets d’établissement au lycée : de l’efficacité pédagogique aux marchés scolaires localisés. Bordeaux : université Victor Ségalen-Bordeaux 2 ;
  11. Grisay A. (1989). Quels indicateurs d’efficacité pour les établissements scolaires ? Étude d’un groupe contrasté de collèges « performants » et « peu performants ». Liège : université de Liège ; Service de pédagogie expérimentale.
  12. Liensol B. &Meuret D. (1987). « Les performances des lycées pour la préparation au baccalauréat ». Éducation et formations, n° 11, p. 25-36.
  13. Meuret D. &Marivain T. (1997). Conditions et inégalités du bien-être au collège. Vanves : ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie : Direction de l’évaluation et de la prospective (Les dossiers d’éducation et formations ; n° 89).
  14. Meuret D. (2000). « Établissements scolaires : ce qui fait la différence », L’année sociologique, vol. 50, n° 2, p. 545-556.
  15. Mortimore. P.; Sammons P.; Stoll L.; Lewis D. &Ecob R. (1995).School Matters: The Junior Years. London: P. Chapman.
  16. Thélot C. (1993). L’évaluation du système éducatif. Paris: Nathan.