Main Article Content

Abstract

Cette contribution s’articule autour de l’émergence des femmes entrepreneures encore appelées « big-women » au Cameroun. Elle met en exergue deux facteurs : le mimétisme et le sentiment d’efficacité personnelle. Dans la société camerounaise, l’entrepreneuriat semble coller à la peau de l’homme, le jeune homme en bonne santé. C’est dans ce contexte qu’émerge une nouvelle classe, celle des « big-women » sur laquelle porte cette réflexion. Notre échantillon est constitué de trois femmes entrepreneures ayant marqué le secteur des affaires par leur présence comme actrices économiques ou sociales. Les principaux résultats découlant de l’analyse laissent apparaitre que dans leur parcours, les « big-women » développent une perception de leurs propres habiletés et caractéristiques de nature à guider désormais leur comportement.

Keywords

entrepreneuriat féminin femme entrepreneure sentiment d’efficacité perçue big-women

Article Details

How to Cite
Patience Nkolo. (2019). Émergence des « Big Woman » au Camerun : Entre mimétisme et sentiment d’efficacité personnelle. Syllabus, 8(3), 1-24. Retrieved from http://www.ens.cm/syllabus/index.php/SYLABUS/article/view/41

References

  1. Bandura, A. (1976). L’apprentissage social. Bruxelles : Mardaga.
  2. Bandura, A. (1980). Gauging the Relationship between Self-efficacy Judgment and Action. Cognitive Therapy and Research, 4, 263 – 268.
  3. Bandura, A. (1986). Auto – efficacité. Le sentiment d’efficacité personnel. Bruxelles : De Boeck.
  4. Bandura, A. (2001). Self – efficacy and Health. In N.J. Smelser et P.B Baltes (Ed.), International encyclopedia of the social and behavioral sciences, 20. Oxford: Elsevier Science, 13815 – 13820.
  5. Bandura, A. (2006). Guide for Constructing Self – efficacy Scales. In F. Pajares et: T. Urdan (Ed.). Self – efficacy Beliefs of Adolescents, 5. Greenwich, CT: Information Age Publishing, 307 – 337.
  6. Bourdieu, P. (1998). De la domination masculine. Paris : Editions du Seuil.
  7. Bourdieu, P. (1984). Question de sociologie. Paris : Minuit.
  8. Bourdieu, P. (2002). La distinction : critique sociale du jugement. Paris : Minuit.
  9. Butler, J. (1990). Gender Trouble. Féminists and the Subversion of Identity. Londres/New-York: Routledge.
  10. Fame Ndongo, J. Nnomo, M. et Omgba, R.L. (2002). La femme Camerounaise et la promotion du patrimoine culturel. Yaoundé(Cameroun) : Editions Clé.
  11. Filion, L. (1997). Le champ de l’entrepreneuriat : historique, évolution, tendances. Revue international P.M.E, 10(2), 129 – 172. https://doi.org/10.7202/1009026ar.
  12. Krhomer, C. (2005). La compétence collective. In Revue Economique et Sociale, 2, 71-82.
  13. Mokam, D. (2012). Les chemins de l’émancipation de la femme sahélienne camerounaise. In Nigerian Journal of the Humanities 18(Septembre 2012) ; 61-81.
  14. Mvogo, D. (2002). Femme, travail et pouvoir au Cameroun. In La femme Camerounaise et la promotion du patrimoine culturel. Yaoundé(Cameroun) : Editions Clé.
  15. Mucchielli, A. (2009).
  16. Nzessé, L. (2012). Les emprunts du français aux langues locales camerounaises : typologie, intégration et enjeux. Note de recherche de l’ODSEF.
  17. Ouattara, M.M.P.L. et Dzaka-Kikouta, T. (2019). Entrepreneuriat féminin et automatisation des femmes : état de l’art. In enjeux et perspectives économiques en Afrique francophone. Actes de la conférence internationale du 4-5-6 février 2019.
  18. Sanna, M. et Vrikas, E. (2011). Genre, modernité et colonialité du pouvoir. In Cahiers du Genre. Paris : L’Harmattan, 50(2011), 5 – 17.
  19. Wittorski, R. (1997). Analyse du travail et production de compétences collectives. Paris : L’Harmattan.