Main Article Content

Abstract

L’école coranique est la pionnière du système éducatif au Cameroun. Elle occupe une place prépondérante au sein de la communauté musulmane. Ses objectifs sont, entre autres, l’enseignement de la lecture, de l’écriture du Coran ainsi que les bases de la religion islamique. Elle participe à la construction d’une identité islamique des apprenants et à la diffusion des valeurs socio-culturelles. Au-delà de cette importance, l’institution coranique fait face à de nombreuses difficultés. Au plan organisationnel, il y a une absence de standardisation et d’harmonisation des écoles coraniques. Chaque enseignant crée, organise et gère sa structure en toute indépendance. Il n’est sous l’autorité d’aucune institution et ne rend compte à personne, même pas aux parents d’élèves. Quant à la pédagogie qui y est utilisée, elle est routinière et a très peu évolué dans le temps et l’espace . Les mêmes méthodes d’enseignements ont été transmises d’une génération à l’autre avec parfois le même vocabulaire. La perte de temps, la dispersion d’énergie et la non maîtrise du volume horaire et des effectifs, l’insuffisance d’enseignants qualifiés impactent négativement sur le rendement des élèves qui subissent parfois des sévices corporels dégradants ou tout simplement sont jetés dans la rue pour mendier. Le contenu des enseignements n’a guère évolué et le curriculum met l’accent sur le Coran et les devoirs religieux. En outre, il est essentiellement théorique et accorde une place précaire au développement des aptitudes pratiques. Les matières scientifiques, environnementales et les activités favorisant l’épanouissement des aptitudes personnelles de l’enfant sont absentes. Enfin, il n’existe pas de programme harmonisé au plan local ou national.  Pour remédier aux difficultés sus-évoquées, une réforme de l’école coranique s’impose. Ainsi, il faut créer une structure regroupant les écoles coraniques, mettre sur pied un programme qui permet d’établir un équilibre entre les connaissances théoriques et les aptitudes pratiques, harmoniser les programmes des enseignements dispensés et produire des supports didactiques spécialisés. En outre, il faut sortir de la logique actuelle de l’enfermement et de la précarité pédagogique à celle d’ouverture et de progrès, accordant une place de choix aussi bien à l’enseignant qu’à l’élève. S’agissant justement des enseignants, il est question de leur accorder un statut particulier et une formation adéquate qui leur permettent d'employer une approche didactique moderne. L’appui technique, financier et matériel de l’Etat, en partenariat avec certaines organisations internationales (Unesco, Isesco, Pam, Alesco), peut bien aider à améliorer l’état actuel de l’école coranique.

Keywords

Cameroun Ecole coranique Pédagogie Rénovation

Article Details

Author Biography

Souley Mane

Département d’histoire, ENS, Université de Yaoundé 1

How to Cite
Souley Mane. (2019). La pédagogie coranique au Cameroun : analyse critique et rénovation. Syllabus, 8(2). Retrieved from http://www.ens.cm/syllabus/index.php/SYLABUS/article/view/37

References

  1. Astadjam M., « Femmes et transmission du savoir islamique dans la Région de l’Adamaoua 1946-2010 », Mémoire de DIPES II, ENS de Yaoundé, 2014.
  2. Gandolfi S., « L’enseignement islamique en Afrique noire », Cahiers d’études africaines in http://etudesafricaines.revues.org, mis en ligne le 21 décembre 2006, consultée le 02 février 2016.
  3. Mahmoudou D., Le pouvoir, le savoir et la richesse : Les Foulbé de Ngaoundéré face au processus de modernisation, Nagoya, Nagoya University, 2008.
  4. Masson D., Essai d’Interprétation du Coran, Paris, Gallimard, 1980.
  5. Rapport final du Séminaire régional d’experts sur les écoles coraniques et leur rôle dans la généralisation et la rénovation de l’éducation de base, Khartoum 20-24 janvier 1993.
  6. Santerre R., Pédagogie musulmane d’Afrique noire. L’école coranique peule du Cameroun, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1973.
  7. Santerre R. et Mercier-Trembley C. (éds.), La quête du savoir. Essais pour une anthropologie de l’éducation camerounaise, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1982.
  8. Souley Mane, « Islam et Société dans la Région du Mbam(Centre - Cameroun) : XIXe – XXe siècles », Thèse de Doctorat Ph.D. en Histoire, Université de Yaoundé I, 2006.
  9. Tourneux H. et Iyébi-Mandjek O., L’École dans une petite ville africaine (Maroua, Cameroun). L’enseignement en milieu urbain multilingue, Paris, Karthala, 1994.
  10. Http://www.hadithdujour.com/hadiths/hadith-La-quete-de-la-science_13.asp, consulté le 25 juillet 2019.
  11. MartinJ-Y., compte rendu, R. Santerre, « Pédagogie musulmane d’Afrique noire. L’école coranique peule du Cameroun », L'Homme , 1975, Volume 15, Numéro 3, pp. 195-197, inhttp://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1975_num_15_3_367590, consultée le 02 février 2016.
  12. Marion H., Extraits de Leçons de psychologie appliquée à l’éducation, Paris, Armand Colin, 1982, inhttp://www.meirieu.com/Patrimoine/marion_pedagogie.pdf, consultée le 02 février 2016.